Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous responsables !

par Robin Parady 2 Juillet 2016, 13:06 Protection Animale

Une responsabilité est une obligation ou nécessité morale de répondre, de se porter garant de ses actions ou de celle des autres (1). Peu importe le domaine dans lequel ce terme est employé, sa définition reste la même et est particulièrement importante, surtout avec les animaux. Le bien-être animal doit être de l'essor de chacun à tous les niveaux. Au niveau de la protection animale, il convient de respecter certaines règles (tant au niveau de la loi que du simple bon sens) que l'on soit simple particulier, professionnel du secteur ou adhérant d'une association.

A savoir:

Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce (2).

Toute personne qui détient un animal de compagnie ou qui a accepté de s'en occuper doit être responsable de sa santé et de son bien-être (3).

Voila pour la théorie. Passons maintenant à la pratique. Pour présenter ce qui va suivre, imaginez un cercle représentant les différents intervenants dans le bien-être animal. Comme celui-ci:

 

Les particuliers:

 

Leur rôle:

  • Assurer autant que possible le bien-être d'un animal, par le biais de conseils et autres acquisitions obtenues auprès des professionnels du secteur animalier et des différentes associations. Il est primordial pour eux de se renseigner sur les conditions de vie d'un animal (avant d'installer un aquarium, par exemple, ou d'acquérir un chien) afin de pouvoir répondre à ses besoins.

Dérives:

  • Certaines personnes pensent mieux connaître leur animal que tout le monde (professionnel ou non), ou pire: le comparent à un être humain (on appelle cela de l'anthropomorphisme). Outre un certain danger pour l'animal (par exemple, donner une alimentation strictement végétalienne à un chat (4)), il peut également y avoir un risque pour l'être humain (morsures, maladies, etc).
  • D'autres personnes encore (si ce ne sont les mêmes) se rendent compte que l'animal qu'ils ont acheté (ou adopté, c'est pareil) ne correspond plus à leurs attentes, elles l'abandonnent dans la majorité des cas (ou l'empoisonnent, mais dans tous les cas ils s'en débarrassent). Bien sûr, il convient de ne pas faire de généralités et de ne pas mettre tout le monde dans le même panier (certains le font par obligations avec un nouveau travail, une soudaine situation financière difficile,  un divorce, etc). Quoi qu'il en soit, les abandons devraient toujours se faire dans les structures dédiées plutôt que dans la nature (avec toutes les conséquences que cela entraine, par exemple avec les tortues de Floride).

 

Les professionnels

Leur rôle:

  • Ils doivent assurer autant que possible le bien-être d'un animal avant son achat par un particulier et renseigner celui-ci sur ses conditions de vie et ses besoins.
  • Après l'achat, leur rôle est d'accompagner au quotidien les nouveaux propriétaires.
  • Une charte de déontologie encadre généralement chaque profession (par exemple, le serment de Bourgelat pour les vétérinaires (5)).

Dérives:

  • Malheureusement, il y a toujours des profiteurs peu scrupuleux qui abusent du système ou de certains effets de mode et qui ne respectent pas les lois en vigueur: non-respect des conditions de vie de l'animal, reproductions à tout va (avec les risques de consanguinité que cela entraine), et ainsi de suite.

 

Les associations

Leur rôle:

  • Permettre aux particuliers et aux professionnels de se réunir.
  • Sensibiliser la population en complément des conseils fournis par les professionnels.

Dérives:

  • Certaines associations prennent un peu trop de "libertés" par rapport aux lois (gestions opaques, agressivité, retrait illégal des animaux, etc).
  • Des idées véhiculées sont parfois totalement non vérifiées et fausses, ce qui donne parfois de drôles de préjugés.
  • L'influence qu'elles ont peut avoir un réel effet pervers si l'une d'elles prône quelque chose de néfaste pour les animaux. Dernier exemple en date: le président de l'association Cause Animale Nord, qui a agressé un sans-abris et a volé sa chienne pour "la protéger" (6). Tout aussi intolérable, sur les réseaus sociaux cette fois-ci, sont les nombreuses pages qui se revendiquent de la "protection animale" mais qui la desservent complètement en prônant l'anthropomorphisme ou en diffusant de véritables appels à la haine (7) envers ceux qui ne pensent pas comme eux.

 

Il est du devoir de chacun de faire en sorte de balayer devant sa porte et de tout faire pour empêcher toutes ces dérives afin que le cercle formé par les particuliers, les professionnels et les associations ne se brise pas. Le chemin est long, sinueux et souvent semé d'embûches, mais il est nécessaire pour ne pas tomber dans les travers de la protection animale.

commentaires

Haut de page